Batterie des carrières

“A battery is a small fort designed to receive cannons.”

La gorge

The “batterie des Carrières” is located in the municipality of Limonest, north of the locality named les Roches (hill 553), on the edge of the current departmental road 92 which links Limonest to Poleymieux-au-Mont-d'Or, in the vicinity of the former quarries.

This building belongs to the fortified system running from Dunkirk to Nice, designed after the Franco-Prussian war of 1870-1871.

The new Director of Engineering Services at the Department of War, Raymond Adolphe Séré de Rivières (1815-1895), gave his name to this system.

Launched in 1874, the mission of the “batterie des Carrières” was to overcome the blind spots of the batteries at the Mount Verdun fort and to perform the firing missions that the fort could not fulfil.

Designed to serve 6 guns firing due west facing “Bois Dieu”, it has 3 firing platforms

The “batterie des Carrières” was decommissioned in 1900, i.e. disarmed and used for storage or for housing transient troops. After the war of 39-45, German prisoners were housed there.

In 1983, the municipality of Limonest acquired the “batterie des Carrières”, which was put up for sale by the estate service. In 2003, the Limonest Patrimoine In 2003, the Limonest Patrimoine association undertook the restoration of this fortification, which earned a “Special Mention” in 2006 with the Rhône Heritage organisation.

In 2016, following 5 international youth work camps, approximately 15 000 hours of work were carried out.

Limonest Patrimoine intervenes every Thursday morning and can guide you for a short visit from 11 am.

Casernement

Weapons

Shooting platforms

Shooting platforms

In a closed perimeter, this battery contained a main armament of 6 guns, placed on firing platforms (left photo) that could attack the area between the heights of the Chicotière and the grounds of the Fort du Paillet (see map). The main aim was to restrict roads and railways leading to Lyon.

Bunkers

The bunkers are masses of earth perpendicular to the parapet protecting the gun platform from possible lateral fire, and covering shelters.

Bunkers

Shelters under the bunkers

Shelter

Within the bunkers, vaulted shelters are provided so the soldiers could access the firing platforms through two small lateral galleries, the sleeper shelters. At the “batterie des Carrières” these galleries, closed when the shelters were converted into stores, were reopened by the association.

The sleeper shelters were used both to store equipment and to protect on duty personnel, or as a workshop to prepare ammunition (make propellant pods, fill shells and secure fuses). In addition, in peacetime, two medium-calibre guns could be stored there.

Sleeper shelter

Other reduced spaces

Small storage space

Next to each shelter entrance and on the same wall, a 1 m wide by 3,4 m deep, also vaulted, reduced space formed a small store where security ammunition was stored; about ten complete shots per gun barrel. Powder crates could be stored there for a short period of time because they are vulnerable to humidity.

Close defence

The “batterie des Carrières” is a unique structure, at least for the fortifications of the 1st defence sector of Lyon (North-West of the city, from the Saône to the foothills of the Monts du Lyonnais), because it has a closed defensive perimeter.
The “batterie des Carrières” monitors the strategic road that runs along it in both directions.

The view was then clear, because the first servitude zone which surrounds the structure to a depth of 250 m was built with regard to for example ground movements (quarry, road, etc.), vegetation and constructions (fencing with at least 90 % daylight).

To the South

The barracks are a defensive measure. Each of the three bunkers is equipped with three horizontal rifle hole posts with foot holes below. The latter allowing grenades to be thrown into the ditch.

The three rifle holes are surmounted by a wide opening to evacuate the fumes and toxic gases resulting from the combustion of the black powder. All the rifle holes control the approaches to the structure from the south.

A crevice dug in the rock under the foot holes creates an access obstacle via the exterior ditch.

Foot holes

To the North

Entrance

The gorge (entrance to the structure), is accessed from the Chemin de la Glande. It is under the protection of the Mont Verdun fort.

The perimeter is closed by a gate, with 2 vertical sight holes, recently placed based on the model of the fort of Mont Verdun (same contractor during construction).

To the left of the entrance, a defensive position includes a small raised platform with a ledge to shoot over the ditch.

To the right of the entrance, the wall is perforated with 4 vertical rifle holes to defend the northeast corner. In front, the external protection wall is preceded by a small pit therefore increasing the height of the wall.

To the East

A 75 metre long wall overlooking the strategic road closes the structure on this side. It is a simple barrier, because on this side, the close defence is provided by the fort of Mont Verdun. On the other hand, to the southeast the wall consists of a protruding ledge which can be used by riflemen.

Wall overlooking the road

To the West

Entrée

A simple embankment creates the cliff, about 4 to 5 m high, and dominates a steep and, at the time, uneven barrier. This natural environment is equivalent to the obstacles of counterscarpsPente extérieure d''un fossé située vers la campagne (opposée à l''escarpe). carved on the North and South faces. In the 1890s, in front of the cliff, the addition of barbed wire completed the defence.

No infantry fire station is provided. On this side, defence is essentially ensured by the firing of the cannons, supplemented by the action of riflemen.

Casernement

On va de l’entrée de la batterie au casernement par un chemin longeant le mur d’enceinte. Le haut de ce mur forme un parapet assurant une protection contre les tirs latéraux.

Un escalier conduit directement du casernement au terre-plein central.

Le bâtiment

Enfilade des casemates

Le casernement est constitué de 3 casemates rectangulaires voûtées, chaque voûte a une portée de 5 m pour une longueur de 10 m, un piédroit d’environ 1,2 m d’épaisseur sépare les casemates. L’importance des piédroits s’explique par le fait que chaque voûte était auto-stable afin d’éviter que l’effondrement d’une casemate entraîne la destruction des autres.

Les maçonneries, assemblées au mortier de chaux hydrauliqueChaux qui a la propriété de durcir sous l'eau., sont d’une épaisseur d’environ 1 m, et recouvertes de cailloutage afin d’amortir le choc des projectiles. La cheminée du fourneau émerge sur les dessus de l’ouvrage. Ce point haut était-il utilisé en temps de paix pour la surveillance globale de la batterie et des abords ?

Porte du casernement

La couverture

Pour éviter l’humidité venant du dessus, une couche d’argile recouvre les casemates qui semblent ne jamais avoir été recouvertes de tuiles. Une chemise latérale maintient un courant d’air qui évite le contact des 2 murs enterrés avec l’humidité de la terre. Les maçonneries sont réalisées en pierre des carrières des Monts d’Or. L’intérieur était blanchi à la chaux afin de transmettre un maximum de luminosité et de profiter au mieux de la faible lumière provenant des ouvertures.

Le logement des hommes

L’officier logeait dans la 1ʳᵉ casemate ainsi que probablement les 6 chefs de pièce, car en plus de contrôler les déplacements, ils bénéficiaient de la chaleur du fourneau. Ce fourneau se situait à droite juste après la porte d’entrée.

De l’autre côté en entrant le long du mur de gauche les supports du réservoir d’eau sont encore visibles ; son alimentation était prévue de l’extérieur à l’aide de corvées.

C’est dans cette casemate que se faisait la cuisine et que les provisions étaient rangées. Là se trouvait la cloche actionnée depuis le portail d’entrée de la batterie.

Dans chaque casemate, deux anneaux de voûte étaient destinés à supporter la planche à painLe pain, livré en boules de 1,5 kg correspondait à 2 rations journalières, d’où l’expression “1 boule à deux”., pour protéger celui-ci des rongeurs. Les lampes à pétrole étaient placées sur des supports muraux en bois pour en faciliter l’utilisation et l’entretien quotidien.

Pour accéder aux autres casemates, il faut traverser la 1ʳᵉ. Une porte de séparation isolait la 1ʳᵉ casemate des 2 autres. Les 32 hommes se répartissaient en 2 chambrées de 16. Dans ces casemates, ils prenaient leurs repas, passaient leur temps libre et dormaient sur des blocs de 4 couchages sur 2 niveaux. Une planche à paquetage regroupait leur équipement individuel.

Le local annexe

Une petite construction tardive fut bâtie à l’angle sud-est de la fortification, juste à côté de l’entrée du casernement. Les traces restantes permettent d’identifier un local d’environ 18 m² avec un toit sur structure métallique à une pente appuyé sur le mur du casernement et sur des rehaussements du mur d’enceinte.

Une meurtrière à l’angle sud-est devait permettre un tir fichant sur la route et le débouché du fossé. Le mur nord comportait porte et fenêtre.

Les restes de canalisations, lavabo, consoles métalliques ou conduit de cheminée font penser à un local construit, soit pour l’hygiène des militaires, soit pour le logement d’un garde de batterie.

Local annexe

Le bornage

Limites de propriété

Le procès verbal de bornage du 4 décembre 1894 délimite le terrain militaire extérieur formant la zone des fortifications de la “batterie des Carrières” sur la commune de Limonest. Cette délimitation est notifiée aux propriétaires riverains de façon bien tardive puisque l’ouvrage a été construit entre 1874 et 1878 et que le plan a été arrêté par Monsieur le Ministre de la Guerre le 7 mars 1892.

Borne octogonale

Certaines de ces bornes sont encore visibles, elles sont en pierre de taille, de forme octogonale ; “le centre de leur surface supérieure indique la limite de la zone de circonscription et, sur cette face, sont gravés le numéro de la borne et deux traits partant du centre dans la direction aboutissant aux bornes voisines …” (cf. PV du LCL Vieillard). Ces bornes sont en calcaire dur de Villebois aux fissures horizontales caractéristiques appelées “stylolithes”.

La “batterie des Carrières” semble ne jamais avoir été clôturée en limite de terrain militaire. Ceci s’explique probablement par l’existence du périmètre défensif fermé, caractéristique unique dans les Monts d’Or.

Le terrain en friche vendu à la municipalité de Limonest, par le service des domaines le 28 décembre 1983 comporte 89 a 40 ca. Il correspond au bornage d’origine sauf pour la partie initialement commune avec la route stratégique n°2 dont les bornes 6,7, et 8 sont déclarées sous la chaussée.

À noter une curieuse petite borne triangulaire (triangle équilatéral de 22 cm de côté) sur la limite de propriété au sud, ne correspondant à aucune division parcellaire connue. A-t-elle servi à la chefferie du Génie pour implanter la fortification ?

Borne triangulaire

Limites de servitude

Borne carrée

Ces bornes sont réglementairement de section carrée avec, sur un côté, leur numéro en chiffres romains. Le dessus légèrement pyramidal comporte aussi 2 rayons directionnels.

Les 3 réseaux de servitudes délimitent des zones dans lesquelles sont établies des restrictions concernant les terrains et constructions. Les zones de servitudes élémentaires homothétiques de chaque fortification se combinent en fonction de leurs distances respectives. Une véritable chasse à la borne a permis de redécouvrir l’essentiel de ces réseaux.

La “batterie des Carrières” est l’origine d’implantation de 10 de ces bornes. Elles sont répertoriées ci après :

  • La zone 1 des 250 m rejoint celle du fort du Mont Verdun.
    • n° 1 visible dans un pré vers le col du Verdun.
    • n° 7 visible au pré Pannetier.
    • n° 8 visible en bordure d’un accès de pré à la Glande.
    • n° 9 non accessible car dans un jardin privé.
    • n° 10 reste à trouver à une intersection entre la route du Mont Verdun (CD 92) et le chemin des Carrières.
  • La zone 2 des 487 m (250 toises).
    • n° 16 reste à trouver vers la ferme Dunand.
    • n° 17 au quartier de Bellevue sur domaine public, réutilisée, mais pas à l’emplacement d’origine.
    • n° 18 en bordure du chemin des carrières.
  • La zone 3 des 974 m englobe le fort du Mont Verdun et 3 de ses batteries.
    • n°44 reste à trouver vers le chemin du bois d’Ars.
    • n°45 couchée en bordure du chemin de la Chataignière, en limite commune avec la batterie de Narcel.


* Avec l'aimable autorisation du Colonel Bonijoly, écrivain et spécialiste des fortifications.