Le télégraphe Chappe à Limonest

Plan
Extrait du cadastre napoléonien - 1825

De 1807 à 1837, une station du télégraphe Chappe est installée à Limonest, à l’entrée du village, en haut de la route de la Garde, face à la Sablière.

Claude Chappe (1763-1805) est l’inventeur du système de télégraphie aérienne, une transmission de signaux à vue, de tours en tours, utilisant des bras articulés dont les 98 positions permettaient d’envoyer des messages codés.

La première ligne fonctionne de Paris à Lille en 1794, la ligne Paris – Lyon est mise en service le 9 mai 1807.

Limonest était relié à Marcy-sur-Anse au nord et Lyon Saint-Just au sud.

Deux stationnaires s’y relayaient du lever au coucher du soleil. En 1812, Antoine Lardet est l’un des deux employés du “Thélégraphe”, par acte devant notaire, il remplace Barthélemy Duchamp de Marcy-sur-Anse pour le service militaire. En 1836, Claude Javel (42 ans) et Benoît Lamy (44 ans) y travaillent. L’histoire du télégraphe à Limonest est marquée par le 10 avril 1834, lors de la révolte des canuts, ceux-ci montent à Limonest et détruisent le télégraphe ; mais cela n’empêche pas la transmission des dépêches, le préfet Gasparin envoyant ses messages au ministre de l’intérieur à partir du poste de Marcy, protégé par un détachement de la garde nationale.

En 1837, pour des raisons de visibilité…, la station est transférée à Dardilly avec un relais à Écully. La télégraphie aérienne est abandonnée vers 1855.

En 1861, la tour de Limonest est vendue à Gabriel Gonin qui en fait don à l’Église pour ériger une croix que l’on peut toujours voir.

La croix de la Sablière
La croix de la Sablière érigée sur le socle de l'ancien télégraphe.

Claude Chappe
Claude Chappe

La petite histoire dans l’histoire

Claude Chappe a-t-il été empoisonné à Limonest ?

En 1805, son frère, Abraham déclare :

« alors qu’il était en tournée d’inspection pour étudier l’emplacement des futures stations, mon frère a été empoisonné dans un village près de Lyon où il resta longtemps mourant ».

Affaibli et malade, Claude Chappe se suicidait à Paris le 23 janvier 1805.

Quel mobile auraient pu avoir les limonois pour empoisonner Claude Chappe ?

La poste aux chevaux, située au Vieux Logis, faisait travailler beaucoup de monde à l’époque, le télégraphe pouvait concurrencer une partie de son activité !

Marcy-sur-Anse
La tour du télégraphe à Marcy-sur-Anse


Michel Matray
Jean-Loup Barbier