Une fête à Limonest pendant la Révolution !


Ce 23 thermidor an 3 (10 août 1795) est un jour de fête à Limonest. La République a trois ans, la Terreur est finie ; Lyon n’est plus « Ville-Affranchie », mais a repris son nom. Robespierre a été guillotiné il y a un an, et pourtant on reste attaché à ses principes : « il faut faire des fêtes, doux liens de fraternité et puissant moyen de régénération ». Ce jour-là, on célèbre le troisième anniversaire de la chute de la monarchie par la prise des Tuileries le 10 août 1792.

À Limonest, ce matin à 9 heures, la cloche a sonné et Benoît Nachury, le garde champêtre, a battu du tambour pour rassembler les habitants devant l’arbre de la liberté, planté depuis 1790.

Le maire Charles-François Farge et les officiers municipaux décorés de leurs écharpes ont rejoint leurs concitoyens pour se rendre au temple de la Raison.

La fête limonoise était-elle aussi belle que les fêtes parisiennes ?

La fête limonoise était-elle aussi belle que les fêtes parisiennes ?

Plan de l'ancienne église devenue Temple de la Raison.

Plan de l'ancienne église devenue Temple de la Raison.

Le culte de la Raison s’est bien développé en région lyonnaise et l’église, qui à l’époque se trouve en haut du chemin des Roches, est devenue le « temple de la Raison ».

Il y a déjà une « Harmonie », puisque la montée se fait en file et en musique.

Pendant la célébration, on fustige les prêtres et on chante des « hymnes patriotiques ». Mais, de tradition en France, depuis Astérix, tout se finit un verre à la main, et les concitoyens se réunissent « à la maison commune » pour prendre des rafraîchissements.

Mais tout change vite en ce temps-là, moins d’un mois après, les autorités municipales prennent acte que Philibert Chanal arrive à Limonest pour y habiter et « exercer le ministère d’un culte connu sous la dénomination de culte catholique apostolique et romain, le même qui était exercé avant mil sept cent-huitante neuf (1789) dans l’étendue de la France, qu’il entend exercer aujourd’hui dans l’étendue de la commune de Limonest » tout en déclarant « obéir aux lois de la République française ».

Conformément aux lois, il faut accepter ce prêtre, qui, un mois auparavant était « source du malheur du genre humain ».

Source :
Registre des délibérations
du conseil municipal

Copyright 2017 Limonest Patrimoine - Association Loi 1901.