Il y a trois belles cloches à Limonest


Les cloches

Le clocher de notre église abrite trois cloches qui rythment depuis plus de 250 ans la vie de générations de Limonois ; pour renseigner sur les heures ou les offices, pour fixer les moments importants comme les baptêmes, mariages et enterrements, les cloches se font entendre. Les cloches portent toutes leur acte de baptêmes gravé dans le bronze.

Antoinette est la plus ancienne, Jean Maritz, fondeur de canons et seigneur de la Barollière l’a offerte en arrivant à « Lymonest » en 1751, c'est aussi la plus lourde avec près de 600 kg, elle mesure 75 cm et elle sonne en fa dièse ; son parrain était Henri Maritz et sa marraine Antoinette de Colavaux de Juliénas, le curé Delorme l’a bénie ; à l’époque, les responsables de la paroisse étaient C. Bouricant et J. Bressan. Antoinette est bien décorée, outre son état-civil elle comporte des frises, les armes de Maritz et une illustration de Saint Martin coupant son manteau. Pendant la Révolution elle a eu la chance de ne pas être fondue ; puis, le 8 juin 1817, le tocsin sonne pour appeler a l’insurrection contre Louis XVlll, mais les Limonois ne bougent pas et ne répondent pas à l’appel d’Antoinette. En 1845, elle quitte l’ancienne église située en haut du chemin des Roches pour être installée dans l’église actuelle.

Elle est rejointe en 1873 par ses deux compagnes qui l’entourent.

Marie-Louise est née en 1873 et c’est un beau bébé de 400 kg qui pousse son premier son en sol dièse, son papa est le fondeur lyonnais Burdin Aîné. Elle a été baptisée avec Marie-Louise Alban Gaillard née de Neuvesel comme marraine et Gabriel Gonin comme parrain ; ce dernier à 63 ans est un très riche propriétaire qui habite au Mathias. Il avait souscrit 3 000 francs pour la construction de l’église en 1843. Marie-Louise a une vierge sculptée sur le corps.

Enfin la plus petite, Blanche, qui ne pèse que 280kg ; elle fait 10 cm de moins que sa sœur jumelle, son papa est aussi Jean-Claude Burdin, elle gazouille en la dièse.

Elle a eu pour marraine Blanche Augustine Lucie Roux de Bezieux, qui habite le château de Sans-Souci et Monsieur le Maire Claude Antoine Boin comme parrain, celui-ci a 64 ans, est cultivateur comme son père Antoine.

Les cloches auront, depuis, sonné deux guerres, mais aussi le retour des prisonniers en 1945. Le clocher, la maison de ces demoiselles, a été refait récemment, espérons qu’elles continueront encore longtemps à regarder, d’en haut, la vie des Limonois.

Jean-Loup BarbierMichel Matray

Pour en savoir plus :

Bénédiction d'Antoinette ...

Les parrains et marraines de Marie-Louise et Blanche ...

Souvenirs d’un sonneur

Téléchargez le document "Des cloches et des vies"   

Copyright 2017 Limonest Patrimoine - Association Loi 1901.