Armement

Plates-formes de tir

Plate-forme de tir

Dans une enceinte fermée, cette batterie comportait un armement principal de 6 canons pouvant battre le secteur entre les hauteurs de la Chicotière et la couverture du fort du Paillet (voir carte). Il s'agissait essentiellement d'interdire les routes et voies ferrées menant à Lyon.

Traverse

Masses de terre perpendiculaires au parapet protégeant la plate-forme des canons contre d'éventuels tirs latéraux.

Traverse

Abris sous traverses

Bras de traverse

Sous les traverses, sont aménagés des abris voûtés du fond desquels les servants pouvaient accéder aux plates-formes de tir par deux petites galeries latérales, "les bras de traverses". À la Batterie des Carrières ces galeries, fermées lors d'une conversion des abris en magasins, ont été réouvertes par l'association.

Ces abris servaient, tant pour entreposer le matériel que pour préserver le personnel de quart, ou comme atelier pour préparer les munitions (confectionner les gargoussesCharges de poudre à canon dans leur enveloppe. propulsives, remplir les obus et fixer les fusées). En outre, en temps de paix, deux canons de moyen calibre pouvaient y être remisés.

Intérieur abri traverse

Autres réduits

Petit réduit

À côté de chaque entrée d'abri et sur le même mur, un réduit, lui aussi voûté, de 1 m de large sur 3,4 m de profondeur formait un petit magasin où étaient entreposées les munitions de sécurité ; une dizaine de coups complets par pièce de canon. Des caisses à poudre pouvaient y être entreposées pour une courte durée, car elles craignent l'humidité.



Haut de Page

Copyright 2017 Limonest Patrimoine - Association Loi 1901.